Print

 

Le bois de chauffage en bûches

A poids égal, tous les bois ont un pouvoir calorifique similaire. Mais, pour un même volume (par exemple une bûche d’un certain calibre), le chêne sera plus lourd que le peuplier. Pour obtenir une même quantité de chaleur, il faudra donc utiliser moins de bûches de chêne que de bûches de peuplier. La durée du bois influence également la durée du feu, cfr. Tableau ci-dessous.

Bois de chauffage

Qualité et pouvoir calorifique selon l’essence (bois ayant séché 2 ans)

Essence

Pouvoir calorifique

Combustion

Usage du bois

Observations

Bois dur: Charme Hêtre Chêne Frêne

élevé

Combustion
très lente

Bois de chauffage par excellence.

Bois moyen: Châtaigner Merisier Fruitiers

moyen

Combustion lente

Alimente la combustion des bois durs

Sec, le châtaigner perd de sa forte densité, à ne pas utiliser dans une cheminée car risque d’étincelles.

Bois tendre :
Bouleau Aulne Peuplier

faible

Combustion rapide

Augmentation rapide de la température

N’importe quell rondin de bois tender ou moyen accompagnera l’allumage du foyer. Le pouvoir calorifique du bouleau est l’un des plus importants de sa catégorie.

Bois tendre :
Résineux

faible

Combustion rapide

Augmentation rapide de la température

Ils ont la réputation d’encrasser les conduits.

* du bois de résineux qui a été lave par la pluie (et donc débarrassé de sa résine en majeure partie) pendant au moins trois ans et qui a ensuite séché sous abri ventilé pendant 1 à 2 ans pourra brûler sans risque.

Les bûches doivent être fendues en 4 de préférence pour offrir aux flammes un maximum de surface tendre (l’écorce et l’aubier mettent plus de temps à s’enflammer).

Attention : Respectez les charges maximales mentionnées dans les manuels pour une utilisation en toute sécurité. Des quantités régulièrement trop importantes de bois peuvent provoquer des surchauffes qui endommagent les appareils, parfois irrémédiablement.
Le taux d’humidité du bois influence également le poids et le rendement du bois. Le taux d’humidité idéal est situé entre 12 et 18% (mesurable avec un hydromètre).

Le bois doit idéalement être d’abord lavé donc laissé à l’air libre (pluie) avant d’être stocké dans un endroit où il sera à l’abri de la pluie mais suffisamment ventilé (donc pas « emballé » dans une bâche plastique). Temps de séchage : 2 ans minimum. Attention, au bout d’une quinzaine d’années, le bois est trop sec et il perd ses qualités calorifiques.
Un bois trop humide provoque un encrassement (voire une détérioration) des appareils et de la cheminée, sans pour autant chauffer correctement (l’énergie contenue dans le bois est en grande partie utilisée pour l’évacuation de l’eau contenue dans le bois donc il en reste peu pour chauffer la pièce).

ATTENTION :
Les peintures, vernis, ou matériaux autres que le bois (à part certains charbons pour les appareils prévus pour son utilisation), peuvent contenir des substances qui vont se libérer lors de la combustion. Cela peut endommager (chimiquement ou sous l’effet d’une chaleur trop intense) le métal de certains appareils.

Source du tableau comparatif : Etapenergie.com


XYLO asbl - Association belge pour le bois ENERGIE - Membres

| Mentions légales | Plan du site |